• Garantie à vie sur vos réparations peinture.
  • Carrosserie BRUNO SA
  • Un service 5 étoiles.
  • Accès direct depuis la route de Meyrin, à deux pas de l'aéroport.
  • Atelier et outillage de dernière génération.
  • Réparations toutes marques.
  • La solution économique pour les petites réparations.
  • Restauration véhicules anciens
  • Traitement CeramicPro

Carrosserie BRUNO SA

Chemin du Plantin, 2a
1217 Meyrin, Genève (Map)

Tél: +41 (0) 22 341 05 51
Fax: +41 (0) 22 341 05 92
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Heures d'ouverture

Lundi à Vendredi
7.30 - 12.00   13.30 - 18.00
Samedi matin (sur rdv)
9.00 - 12.00

Tram 14-18 arrêt Jardin-Alpin

Pourquoi Nous?

  • Plus de 22 ans d'expérience.
  • Un service cinq étoiles.
  • Peintures Garanties à Vie.
  • Véhicules de remplacements.
  • Un équipement et un outillage de dernière génération.
  • Le meilleur rapport qualité-prix.

4 autres raisons de nous faire confiance...

Bienvenue à la Carrosserie BRUNO SA

A votre service depuis 1992, la carrosserie BRUNO SA effectue des réparations toutes marques et met à votre disposition des véhicules de remplacement.

La précision même des berlines trois volumes fait en sorte que celles-ci ne possèdent pas de hayon. Sauf exception (asymétrie droite-gauche), elles ont donc un nombre de portes pair : deux ou quatre (voire six mais, dans ce cas, bien que trois volumes, elles appartiennent davantage à la catégorie des limousines). On regarde cette silhouette surtout sur les Segment M2 (berlines moyennes supérieures) et Segment H1 (grandes routières). Dans certains pays de l'est et du sud de l'Europe, ainsi qu'en Amérique latine notamment, on trouve également des trois volumes du segment B. Enfin, la catégorie des compactes est aussi souvent déclinée en berline trois volumes, y compris en Europe (Volkswagen Jetta, Renault Fluence) bien que la demande y soit faible ; elle est forte surtout aux États-Unis et en Asie.  La berline, à l'origine, traduit une voiture hippomobile édifiée à Berlin pour l'électeur de Brandebourg. Sa robustesse en fit au XVIIIe siècle le véhicule privilégié des voyages.

 De nos jours, la berline apparait comme une automobile close par un toit rigide fixe, avec un pare-brise fixe, quatre portes latérales, et quatre fenêtres latérales. Le terme est employé démesurément pour certains modèles à deux portes latérales dont la désignation tolérée est coach. Le nombre de places d’une berline est au minimum de quatre.

 

Un break (faux anglicisme), ou une familiale au Canada français, est discernée comme une sorte de carrosserie automobile conforme à une berline, mais avec un toit qui se prolonge jusqu'à l'aplomb de l'arrière du véhicule. En anglais, il existe plusieurs termes selon les pays : « estate » (au Royaume-Uni), « station wagon » (aux États-Unis, au Canada anglophone et en Australie) le terme « wagon » tout court est aussi parfois usagé en Australie. Le terme français européen actuel vient, comme le nom des différents types de carrosseries automobiles, du nom d'un véhicule hippomobile : à l'origine, le break semble être une petite voiture réservée au dressage des chevaux (« to break » signifie dans le langage équestre « rompre », « dresser »). Par la suite le break fut modifié pour le transport d'objets et de personnes en ajournant la caisse qui fut munie de deux banquettes en vis-à-vis. Puis, à partir de l’amplification des caisses carrées, vers les années 1920, ce que l'on surnomme présentement break fut appelé en français « limousine commerciale » ou « limousine familiale » selon le nombre de banquettes (un modèle très aimé de ce type fut par exemple la Citroën Traction Avant, dont les dérivés en carrosseries limousines commerciale et familiales furent très culbutées en France). Aujourd'hui le terme « break » a été principalement choisi par les franco-européens et parfois par les britanniques à la place d'« estate ».

Devis Gratuits

Rappelez-moi

Go to top